Oh… un temple!

Salut mon ami! Tu aimes ça visiter des temples?

Dans ce cas effectivement, Kyōtō est la ville qu’il te faut! Nous n’avons pas fait de concours de celui qui voyait le plus de temples, mais il y en a à peu près à tous les coins de rue…

Donc eh bien… nous avons visité des temples.

Nous avons commencé par partir à pieds direction nord-est par rapport à notre hôtel. Sur notre chemin nous avons croisé l’hotel de ville de Kyōtō.

hotel de ville

Puis après nous être égarés dans des petites ruelles aux maisons ultra surveillées, nous avons fini par arriver au temple Nanzen-ji. Il s’agit d’un des 5 grands temples zen de Kyōtō, célèbre pour son immense porte et ses peintures sur portes coulissantes. Nous nous sommes limités aux parties gratuites, et nous avons donc dû renoncer à voir les fontaines à bambous que nous avons entendues… par contre nous avons vu la grande porte, une cloche et un acqueduc.

nanzen-ji

Suite à cette visite, nous avons emprunté le chemin des philosophes en direction de Ginkaku-ji. Il s’agit d’un petit chemin longeant un canal où un philosophe japonais avait apparemment l’habitude de se ballader… On rencontre de tout sur ce chemin, comme un petit resto à soba/udon bien sympa, ou des nounours pêcheurs…

nounours

Nous sommes finalement arrivés au Ginkaku-ji, ou pavillon d’argent. Le pavillon en lui-même n’est pas ultra impressionnant (ici avec deux français devant, et le phénix de bronze sur le toit n’est pas très visible…)

pavillon d'argent

Par contre le jardin autour est magnifique, il y a un très joli point de vue d’en haut (parce que ça monte…) de la mousse partout, pleins d’érables du japon et un magnifique jardin zen surtout connu pour son « tas de sable » en forme de mont Fuji (apparemment, un tas de sable laissé par les ouvriers à la fin des travaux qui aurait été réutilisé…)

Il faut savoir que le pavillon d’argent n’a d’argent que le nom, il était prévu à l’origine qu’il soit couvert de feuilles d’argent mais le shogun Ashikaga Yoshimasa est mort avant de finir son pavillon…

Enfin, nous sommes rentrés, toujours à pieds, en passant devant le palais impérial de Kyōtō. Pour entrer il faut se rendre à l’agence impériale et montrer son passeport et tout, alors nous n’y avons pas été en fainéants que nous sommes ^^

porte palais impérial

Et enfin, après un petit passage à l’hôtel, nous sommes sortis manger des yakitori.

Fin d’une journée… pleine de temples.

Un week end à Kanazawa (金沢市)

Nous nous sommes levés tôt Samedi matin pour aller prendre le Shinkansen et ne rien oublier dans notre chambre à Tokyo. Résultat, une fois encore, nous sommes arrivés avec trois quarts d’heure d’avance… et, gros défaut, il n’y a pas de bancs pour s’assoir sur les quais de la gare de Tokyo. Nous avons donc pu admirer à quel point les japonais sont disciplinés pour monter dans le train, faisant la queue dans les lignes qui sont dessinées par terre… impressionant!

Sinkansen

Puis nous avons pris le Shinkansen (TGV japonais…) jusqu’à Echigo Yusawa, traversant de jolis paysages montagneux. Une fois là, nous avions une correspondance pour Kanazawa. Et c’est là, pendant ces trois heures de trajet dans le compartiment à bagages du wagon fumeur, que nous avons compris l’importance de réserver ses places de train…

Bref, c’est donc après moultes péripéties que nous sommes arrivés à Kanazawa. Pour une ville réputée très pluvieuse (168 jours de pluie par an, 73% d’humidité…) il faisait singulièrement beau. La porte de la sortie de la gare est très impressionnante.

gare de kanazawa

Nous avons d’ailleurs découvert en partant qu’il y a un pentacle au plafond dans cette gare… Bref, nous trouvons vite notre hotel, à deux pas de là. Nous posons nos affaires et nous mettons en quète de nourriture: il est 16h00 et nous n’avons rien mangé depuis le petit-déjeuner… heureusement, nous tombons sur une sorte de « marché au bentō » où nous faisons l’acquisition de quelques yakitori (petites brochettes de viandes) choisis au hazard car nous ne comprenons pas bien de quelle viande il s’agit… puis nous trouvons un petit parc sympathique pour pique-niquer.

Nous avons passé le reste de la journée à nous ballader, découvrant des ruelles sympathiques. Ce qui est amusant à Kanazawa, c’est le nombre d’oeuvres contemporaines qui sont dans les rues. Par exemple, juste au dessus d’un petit canal nous avons découvert ceci:

poisson

Le soir arrive et son mal aux pieds habituel. Après un bref passage à l’hotel, nous recherchons un restaurant. Et nous trouvons non loin de là un resto assez sympathique, quoique sans doute pas très traditionnel (quoique… en fait nous n’en savons rien…) où on commande plein de petits plats à partager et où les serveuses courent dans tous les sens.

Suite à quoi nous sommes allés nous coucher, très fatigués de notre voyage…

Dimanche. Il fait beau. Nous repassons au marché des bentō et nous pique-niquons dans un autre petit parc, non loin du festival annuel de musique de rue de Kanazawa. Et ensuite, direction le Kenroku-en (兼六園).

Ce jardin est classé comme l’un des trois plus beaux du Japon, et il y a de quoi. Son développement a débuté en 1620, et diverses maisons du thé, système de canaux, fontaines… y ont été ajoutés au fil du temps. Le Kenroku-en abrite 8750 arbres et 183 espèces de végétaux. Autant dire qu’il avait tout pour nous plaire!

kenrokuen: lanterne

Une sympathique lanterne au milieu de la verdure… nous n’avons pas pu approcher la « fameuse » lanterne du Kenroku-en, trop de monde (eh oui, un dimanche…)

kenrokuen: grand pin

Neagarinomatsu (pin au tronc surelevé)

kenrokuen: un autre pin

Karasakinomatsu : un des pins les plus célèbres du jardin, apparemment très beau en hiver avec ses « protections contre la neige » (yukizuri).

kenrokuen: fontaine

Funsui: la plus ancienne fontaîne du Japon, d’à peu près 3,5m de haut. Fonctionne grâce à la pression naturelle causée par la différence de niveau entre deux mares.

Bref, un jardin magnifique, encore une fois dommage que nous l’ayons visité un dimanche, jour de repos et de tourisme des japonais…

Le soir arrivant, et grâce à notre accès internet à l’hotel, nous avons trouvé un restaurant à Okonomiyaki (お好み焼き). Le principe de ce restaurant est assez simple, votre table est une grande plaque chauffante sur laquelle vous faîtes cuire une sorte de grosse omelette ronde qui peut contenir… tout et n’importe quoi selon l’endroit où vous vous trouvez au Japon! La serveuse a été très gentille et nous a montré comment faire: on mélange l’oeuf et une préparation salade/mais grillé/légumes/autres ingrédients indéfinissables, on en fait un gros rond sur la plaque chauffante, on rajoute la viande de son choix (boeuf, porc, poulet, hmm…) puis on peut rajouter de la sauce, de la « mayonnaise » (rien à voir avec la mayonnaise française…), des trucs bizarres de poisson qui bougent avec la chaleur, des herbes vertes que nous avions déjà testées au Tepannyaki… Et c’est super bon!

okonomiyaki

Et c’est donc avec de belles images pleins les yeux et de la bonne nourriture plein le ventre que nous sommes retournés à l’hotel!

Le jeudi, c’est Teppanyaki

Jeudi, nous avions rendez-vous avec Céline au Ana Hotel pour manger dans un resto apparemment fort bon. Afin de ne pas être en retard, nous nous y étions pris à l’avance histoire de ne pas nous perdre malgré un plan dessiné par JB avec soin avant notre départ. Et le fait que le Ana Hotel, on aurait du mal à le louper…

Le Ana Hotel

Résultat: nous sommes arrivés trois quart d’heures en avance \o/

Ce qui nous a permis de visiter un peu ce coin apparemment rempli d’étrangers jeunes et dynamiques avant que Céline n’arrive.

Ce fut un repas fort sympathique, c’est le moins qu’on puisse dire. D’abord, la vue était superbe, du 37ème étage de ce fameux hôtel. Ensuite, l’accueil était très bien – il est vrai que pour trouver un mauvais accueil au Japon il faut le chercher, mais en l’occurence il est toujours appréciable de se faire remplir son verre d’eau à chaque fois qu’on en boit une gorgée… Ensuite, la nourriture était succulente. (Petite parenthèse, le Teppanyaki qu’est-ce que c’est? Vous savez ce truc « branché » avec une immense plaque chauffante où le cuisinier fait griller sa viande sous votre nez? C’est ça. Sauf qu’en plus là c’était délicieux, la viande fondait dans la bouche, les légumes grillés était ultra-bons, le saké était délicieux…) Et enfin, nous étions en très bonne compagnie.

Au resto...

Bref, le repas se termine après avoir discuté avec un cuistot de la Bretagne et du prix du porc en France. Céline nous montre gentiment comment prendre des tickets de métro avant de retourner bosser… et nous voilà repartis pour les visites.

D’abord, le sanctuaire Meiji. Situé dans une petite forêt artificielle (où on entre en passant sous un grand torii de bois)

Le torii du temple Meiji

Ce sanctuaire est plutôt impressionnant. Bon, il faut avouer que c’est le premier que nous visitions vraiment, alors nous n’avons pas tellement de points de comparaison…

L'entree du temple

la lanterne

Sur le chemin du sanctuaire, un mémorial assez rigolo: quelques dizaines de tonneaux de vin français, envoyés par la France en gage d’amitié à l’empereur Meiji. Apparemment des mariages ont encore lieu dans ce sanctuaire… mais bon, pour nous c’est déjà fait!
Sortis de là, nous plongeons dans le quartier de Harajuku qui ferait la joie de tous ceux qui aiment les tenues gothiques. Nous qui n’avions vu jusque là quasiment que des japonais en costar/cravate ou tailleur avons été dépaysés! Nous avons ensuite continué sur le fameux quartier de Shibuya.
Shibuya... buya!

A la suite de quoi… nous avions très mal aux pieds. Nous sommes donc rentrés nous coucher…

Mardi matin… (en comptant le décalage horaire)

Nous nous sommes réveillés, éreintés malgré notre petite sieste, vers 16h00. Mais Tokyo nous appellait… ainsi que notre estomac. Eh oui depuis le petit déjeuner Air France nous n’avions rien avalé…

Direction la grande avenue par laquelle nous étions arrivés, et après moultes hésitation nous nous décidons pour un sympathique restaurant du nom de Coco Ichibanya. Heureusement cet établissement disposait de menus en Anglais, d’eau fraiche et de curry épicé.

coco curryNos estomacs une fois rasasiés, nous voilà parti pour notre première visite. Nous n’allons pas trop loin de notre hôtel puisque nous allons visiter le Shiba Park. Nous commençons par une ballade dans la cour du temple Zōjō-ji .
zojoji

Temple de Zōjō-ji

Puis nous continuons dans le jardin lui-même. Nous ne tardons pas à nous retrouver sur une petit colline en pleine forêt avec un concert de grillons et de cigales, surveillés par un corbeau qui n’a pas arrêté de nous suivre. Nous sommes aussi tombés sur un petit temple :

shiba park : petit temple

A une sortie du parc nous avons même croisé quelques chats!

Toujours suivant le parc – qui est plutôt grand – nous nous dirigeons vers la tour de Tokyo. Difficile de la louper, elle est plus grande que la tour eiffel et, de plus, construite sur une colline!

au pied de la tour de tokyo

sous la tour

(Non non, il n’y avait aucun Kamui dessus -__-)

A la suite de ces visites éreintantes et assoiffantes, nous rentrons à l’hotêl non sans avoir fait l’acquisition d’une bouteille d’eau, et nous nous couchons comme les poules, à 7h00…

Clichés

Nous venons de finir une première phase de récupération de photos, nous en sommes maintenant à leur présentation sous forme d’album!

Les premiers albums photos sont disponibles ici :

Les albums photos de AsteroMitH

Il s’agit bien sûr de la rubrique mariage qui est en bas, mais vous pouvez regarder les autres albums aussi si le cœur vous en dit!

Promis promis, on va remettre notre serveur FTP en marche pour que vous puissiez récupérer toutes les photos plus simplement.

[EDIT]

Le FTP est disponible, un message contenant les paramètres de connexion devrait arriver d’ici peu dans vos boites e-mail 🙂

Ne vous inquiétez pas…

… Nous sommes toujours vivants 😀

Le mariage s’est très bien passé (encore merci à tous les participants !)

Nous nous sommes bien reposés, et nous vous préparons quelques contrendus sour forme d’albums photo bientôt disponibles. Nous allons aussi essayer de remettre sur pied notre FTP afin que vous puissiez y déposer vos photos, si vous étiez présent au mariage et que vous avez flashé!

Déco : les serviettes

Le premier élément de décoration qui risque de donner le ton à toute la table : les serviettes de table !

serviette_lierre_400x400x72dpi.jpg

Taille : 40 x 40 cm, en papier tissé. On a même quelques idées de pliage!

Manteau blanc

On l’a attendue, la voilà !

Quoiqu’au moment où je vous parle, elle ait déjà bien fondu… je vous parle bien entendu de la neige!

DSCF0014.JPG

Ce qui nous a permis… d’aller au ski !

Sur les conseils d’un collègue, nous nous sommes rendus à Lans en Vercors, petite station familiale et pas trop chère. Très bien pour un Jean-Baptiste quasi-débutant découvrant que le ski ce n’est pas la même chose que le roller, et une Audrey qui se dérouillait après presque 3 ans d’abstinence de ski, et qui cherchait désespéremment à expliquer à son mari pourquoi il faut planter le bâton quand on tourne…

Enfin bref, il faisait beau, bien qu’avec un peu de vent, et la neige était bonne, on n’en demandait pas plus !

vue de lans

DSCF0021.JPG

DSCF0019.JPG

Porte alliance – oiseaux

Voilà quelques premiers éléments de décoration, apportés ou fabriqués par la maman d’Audrey !

D’abord, le porte alliances, fabriqué au crochet en laine toute douce qui fait « neige » :

L’extérieur (on ne voit pas bien mais il est marqué « Audrey et Jean-Baptiste, 19 mai 2007 » dessus, enfin, brodé plus exactement ^^)

Porte alliance

L’intérieur, avec un ruban pour chaque alliance:

intérieur du porte alliance

La même laine a été utilisée pour faire une étole neigeuse, mais néanmoins chaude et douillette, pour la mariée !

Et enfin, des petits oiseaux pour completer notre thème forestier. Pour le moment, nous pensons les mettre sur les poutres de la salle. Il y en a douze en tout.
oiseaux

Enfin, pour être tout à fait honnète, c’est pour le moment tout ce que nous avons en terme de décoration! Mais nous allons nous activer sous peu.