Debriefing 0

Voici bientôt 3 semaines que nous sommes rentrés et le tri des photos n’est pas encore terminé (forcément, ça prend du temps à trier 1.2Go de photos). Néanmoins, cet article devrait être le premier d’une série sur ce que nous avons pu constater de la vie dans les villes japonaises en 2 semaines de résidence – oui parce que bon, la campagne japonaise, on l’a traversée en shinkansen, mais on n’a pas vraiment pu apprécier… La prochaine fois sans doute 😛

Ce premier article donc portera sur les habitants du Japon, du moins ceux que nous avons pu rencontrer (pour la plupart: commerçants, employés d’hôtels, restaurateurs et agents divers et variés…).

Première constatation – qui saute aux yeux quand on rentre en France : ils disent systématiquement « Irasshaimase ! » (« Bonjour, bienvenue ! ») quand on rentre dans leur boutique (et même des fois quand on se contente de passer devant…) et on est toujours accueilli avec le sourire (sauf dans un combi-store à 22h, mais là on avait un peu poussé). Le japonais, on s’y attend plus ou moins, est très prévenant, très efficace et très poli. Je ne sais pas si c’est parce qu’on était des touristes ou s’ils sont toujours comme ça, même si je penche plutôt pour la seconde option. Le corolaire en est qu’on s’habitue vite et que ça s’ajoute au choc quand on fait les boutiques en France ^^.

Seconde constatation : les japonais sont tout sourire quand on essaie de faire comme eux. Dire bonjour comme il faut suivant l’heure, commander les plats en japonais (même si on se plante, c’est pas grave, la plupart du temps on peu montrer sur le menu et ça passe), dire « gochisōsama deshita » (« j’ai bien mangé ! » ou « c’était bien bon ! ») quand se lève de table, plein de petits détails qui soit sont appréciés, soit sont trouvés un peu bizarres par nos interlocuteurs – un peu des deux à mon humble avis. Il vaut donc mieux se préparer du mieux qu’on peu et apprendre au moins les formules de politesse de base quand on se rend là bas. On a vu ce que ça donnait avec les touristes intégraux quand un groupe de 6 espagnols bruyants s’est pointé dans un restau et qu’il n’y en avait qu’un qui baragouinait 2 ou 3 mots d’anglais… Donc merci Menini-sensei pour vos cours efficaces !
Enfin, et c’est là une constatation globale : les japonais sont ultra disciplinés, formatés dès la plus tendre enfance à s’intégrer le plus profond possible dans une routine bien huilée. De fait, j’aurais tendance maintenant à parler de « file japonaise » plutôt que de « file indienne » tellement les gens là bas ont tendance à s’aligner. Sur les quais de gare, les voyageurs attendent en file devant les portes (pas de bousculade pour essayer de rentrer alors que les occupants du train ne sont pas sortis…). Dans les escalators, les moins rapides se mettent à gauche pour laisser les autres passer. On voit rarement les gens se presser les uns contre les autres et tenter de gruger dans une file d’attente. Et les feux de signalisation sont respectés tant par les automobilistes que par les piétons !

De l’ordre et de la précision, c’est semble-t-il le mode de vie du japonais citadin. Apparemment, la plupart des japonais ne se lâchent vraiment qu’une fois à la fac, après une primaire, un collège et un lycée où tout le monde est en uniforme, pour reprendre l’uniforme une fois dans le monde du travail (que ce soit un véritable uniforme de gardien de parking, d’hôtesse d’accueil ou un costume complet comme nous avons pu en croiser des centaines autour dans Minato-ku). C’est très appréciable quand on y va de temps en temps, mais peut être contraignant à la longue…